SiteLock
Livre du mois Le Petit futé Kinshasa 14,95 € Communiqué de presseGuide Kinshasa 2017 (petit futé)Neocity
Boek van de maand Zoon in Congo 15% korting + gratis verzending Zoon in Congo Lanoo Uitgeverij
   Webmasters Delcol Martine Eddy Van Zaelen De webmaster Delcol MartineEddy Van Zaelen
  Helpt U mee en stuur je ons uw boeken in ruil voor een publicatie op de site  Sponsor Site
Kasai Rencontre avec le roi des Lele Kasaï , rencontre avec le roi Prix exclusif Grâce a Congo-1960 Sans limite de temps 29.80 € frais de port inclus  -Editeur Husson
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historiquecongo 1957-1966 TémoignageLes chemins du congoTussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en CongoLeodine of the belgian CongoLes éxilés d'IsangiGuide Congo (Le petit futé)Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul DaelmanCongo L'autre histoire, avec mes remerciements a Charles LéonardL'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van BostL'année du Dragon avec mes remerciements a Mr Eddy Hoedt et Mr Peeters Baudoin

Le retour vers le Congo après l'indépendance.

Les récits des Européens qui sont retournés vers leur pays natal, le Congo.

L'album photo de Brigitte Bequet

Foto's - Photos

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 |

11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 |

21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28

Le voyage de Brigitte Bequet en juin - juillet 2011.

vers KisanganiYangambiBasokoLokutuIsangi - Kinshasa

Allez vers les pages suivantes : Jour: 1 et 2 / Jour: 3 et 4 / Jour: 5 et 6 / Jour: 7 et 8 / Jour: 9 et 10 / Jour: 11 et 12 / Jour: 13 et fin


Jour 11: Kinshasa

Dernier jour de notre petit groupe à Kinshasa. Philippe et moi resterons toutefois encore 4 jours de plus et j’en suis bien contente.

Ce matin, nous commençons par la visite du mausolée dédié à Kabila père ou je suis frappée par une devise, sous 2 palmes, le tout en bronze : Ne jamais trahir le Congo.

photo : statue Kabila

 

Nous apprenons que le président de la Corée est présentement en visite officielle.

En route vers le mont Ngaliema, à l’ouest de la ville, d’où la belle vue sur le fleuve et sur Brazzaville en face nous enchante malgré la grisaille. Anciennement s’y trouvaient le palais présidentiel du maréchal Mobutu et son zoo.

On y trouve plusieurs statues. Le pauvre Stanley qui a perdu ses pieds et se retrouve allongé sur le dos, position confortable lui permettant à loisir de compter toutes les étoiles une par une, nuit après nuit, car il ne risque pas de se redresser de si tôt. Le roi Léopold II qui a quitté le centre ville pour se retrouver, heureusement toujours avec son cheval, ici au vert dans ce grand parc. Son voisin n’est autre que son neveu le roi Albert qui a, lui aussi, abandonné le centre urbain (ancienne place Albert). Que peuvent-ils bien se raconter ? Peut-être passent-ils leur temps à compter les touristes quoi que là, ils ne risquent pas d’avoir beaucoup de boulot. Un peu plus loin se trouve le Monument du souvenir congolais qui était autrefois avenue Valcke (coin Avenue Lippens),.


Chose très ingénieuse que je découvre : les Arbres à mots

Photo : KINSHASA Mont Ngaliema (Leopold II derrière à droite)

Nous découvrons un musée très intéressant présentant des objets culturels et artistiques. Plus tard, en «googlant» je trouverai l’information suivante: « 11 mars 1970 – 11 mars 2010, exactement 40 ans, jour pour jour depuis que l’Institut des musées nationaux du Congo a vu le jour.
Pour marquer ce 40ème anniversaire, l’Institut des musées nationaux du Congo inaugure pour la circonstance, à son siège, au site du Mont Ngaliema, une grande salle d’exposition moderne permanente…”.

Seul bémol : à la fin de la visite, on nous demande de payer notre billet d’entrée, jusque là pas de problème, mais … 15$ ! Commencement des palabres car le prix n’est point affiché à l’entrée et c’est cher pour la petite taille du local. On paye évidemment mais en se demandant si c’est le vrai prix ou plutôt un “prix pigeons”. J’apprendrai plus tard par nos amis qui ont déjà visité les lieux qu’il s’agit bien du prix officiel.

2 jours plus tard, l’épouse du président coréen visitera cette même exposition.

Sur un grand boulevard trône un énorme panneau (je suppose que tout le monde a deviné que j’aime les panneaux) : 5 CHANTIERS EN MARCHE.

Ensemble motivés et déterminés, nous allons gagner le pari de la reconstruction et de la modernisation du Congo

Il s’agit de 5 chantiers prioritaires identifiés (en 2006) par Joseph Kabila pour changer le visage de la RDC au cours de son mandat de 5 ans
C’est vrai qu’il y a pas mal de chantiers à Kinshasa et je pensais donc qu’il ne s’agissait de 5 chantiers kinois. Mais que nenni. De retour en Belgique (et oui, nous n’avons plus notre guide Roger qui nous aurait tout expliqué en détail) je me renseignerai et les 5 «chantiers» sontplus précisément5 «domaines»càdInfrastructures, Sante &Education, Eau &Electricité, Logements et Emplois. Ces 5 chantiers en marche génèrent en fait des milliers de chantiers, petits et grands, sur tout le territoire congolais.

Lunch à la Procure, bagages dans la camionnette, blouse plus habillée car nous sommes attendus par l’ambassadeur de Belgique en personne, Dominique de Struye de Swielande, pour une entrevue d’une vingtaine de minutes. Le dispositif de sécurité est très serieux même pour nous, Belges dans notre propre ambassade. Tout d’abord un peu étonnés, nous nous disons que c’est tout à fait normal et qu’il vaut mieux trop de mesures de sécurité que pas assez. Entretien très agréable.

Et voilà que doucement, nous arrivons au terme de notre voyage en groupe. En effet, nous quittons nos compagnons d’aventure afin de passer quelques jours chez nos amis Maurice et Véronique. Il est Canadien et travaille à l’ambassade du Canada, elle est Belge. Nous nous rendons tous avenue Pumbu (au début je retenais pundu = les légumes ; imaginez l’Avenue Sakasaka). René me demande en catimini si par hasard il y aurait éventuellement la possibilité d’avoir quelque chose de frais à boire et bien évidemment, comme toute hôtesse (et Belge) qui se respecte, Véronique propose une bonne boisson froide à toute la compagnie. Grand sourire sur le visage de René et de tout le monde d’ailleurs car cela fait du bien par cette chaleur moite.

Au revoir René, Miche, Freddy et Alain. Merci pour ces beaux jours passés ensemble, ces moments émotionnels partagés sans honte, ces larmes versées et comprises. Alain nous avait dit que pendant des années, il n’a pas pu raconter l’Afrique, car on lui rétorquait «mais tu exagères, ce n’est pas possible, encore tes vieilles histoires». Ici, pas de critique mais une compréhension de la part de tous, Miche inclue qui n’avait pourtant jamais mis les pieds en Afrique, mais qui nous a étonnés plus d’une fois en réagissant comme une «ancienne».
Nous nous donnons rendez-vous en Belgique afin d’échanger les (centaines de) photos.

Et voici arrivé le temps de notre première douche CHAUDE. Oui, j’ai bien dit chaude.Quel bonheur ! après 10 jours de douches et ersatz-de-douches froides.
Et la lessive. Papa Léon va s’en occuper.
Et la piscine.
Et l’air conditionné qui fonctionne.
Nous sommes aux anges !

Le jardin est entouré d’un haut mur, surplombé de fil de fer barbelé. A l’avant, un porte gardée 24 heures sur 24 par 2 gardes. Le statut diplomatique implique en effet des risques potentiels. Portes blindées, même dans la maison. Il faut dire que Kinshasa n‘est pas la ville la plus sûre, et c’est un euphémisme.

Véronique nous entraîne à découvrir «la ballade du weekend en famille » , très agréable,le long du fleuve dans le beau quartier des ambassades; mais attention, ne jamais s’y promener seul(e).

Photo KINSHASA: Avenue des Ambassades La ballade du dimanche le long du fleuve.

Pour le souper, nous rencontrons une dame, arrivée à Kin il y un mois seulement pour une ONG (dont je n’ai pas noté le nom) dont le but est d’expliquer aux partis politiques la démocratie et comment bien gérer le processus électoral.
Pour la petite histoire, elle a emmené son chat et je dois avouer avoir été un peu trop dure avec elle car lui ai dit que son chat risquait d’être kidnappé, pardon catnappé pour une rançon, et ce probablement plusieurs fois. Les gens sont tellement pauvres que tout moyen est bon pour gagner un peu d’argent, il faut se mettre à leur place. En fait, je crains vraiment pour la vie de ce chat car si pas enlevé, il va sûrement finir à la casserole. Nouvelle recette : «Chat moambe» (à l’attention d’Alain : il n’y a pas d’arêtes).

Elle donnait un exemple de situation-à-matabiche : afin de pouvoir traverser (à pieds) le carrefour quasi intraversable en face de son immeuble, elle donne 500FC (= 40 eurocents) au policier qui fait immédiatement ralentir le trafic avec un grand sourire.Pas de matabiche, pas d’aide et traversée à ses risques et péril. .
Elle doit travailler avec les 10 partis les plus grands sur plus de quatre cents partis existants. Vu cet énorme nombre, elle a l’intention de créer un questionnaire afin d’en choisir encore une dizaine. L’une des questions «votre parti peut-il bénéficier d’un séminaire sur …etc.etc. (j’ai oublié la suite) ». Mon avis tout à fait personnel ? Si la participation est gratuite il y aura beaucoup de «oui» ; mais ensuite ? J’ai de serieux doutes au sujet de l’efficacité de cette mission, mais cela n’engage que moi. J’espère toutefois me tromper car la motivation de cette dame est exemplaire et elle mérite de réussir. Peut-être est-ce moi qui suis trop pessimiste ?

Jour 12 : Kinshasa, les Bonobos

Aujourd’hui nous allons visiter un endroit que je désirais découvrir depuis longtemps : la réserve des bonobos, à ne pas confondre avec les chimpanzés.

La N1 sud direction Kisantu, ensuite bifurcation vers Ma Vallée qui est en fait tout près de notre destination finale. La route est bien embouteillée, quel trafic, voitures et piétons confondus  ! Et puis, quelles voitures ! Elles en sont à leur deuxième, troisième ou même quatrième vie, autrefois voiture pour passagers transportant désormais des sacs, du bois et autres marchandises, en plus des passagers bien entendu.

Le sanctuaire Lola Ya Bonobo est un centre de sauvegarde, de conservation et réintroduction des bonobos créé par Claudine André qui a grandi au Congo.
Voici le site web qui répond à toutes les questions possibles : http://www.lolayabonobo.org/

Ce centre compte une trentaine de sponsors provenant de plusieurs pays dont la Fondation Brigitte Bardot (France) et le San Diego Zoo (USA).
Le plus amusant ? Des mamans humaines qui passent leur journée avec les enfants bonobos à jouer, donner les biberons, pouponner…. Ce boulot me plairait KINSHASA Lola Ya Bonobo Mamas pour les petits

 

Une jolie rivière longe le centre pour former, près de son l’entrée, les petites chutes de Lukaya. Petites, elles le sont vraiment, même que je les appellerais des «chuttekes» ! Un endroit idyllique, avec petite plage de sable et paillottes dans l’ombre desquelles il est possible de se restaurer. Le pauvre garçon doit traverser tout ce sable, le plateau plein de verres et d’assiettes en équilibre instable, vu que la cuisine est à l’autre bout de la plage. Il devrait s’inscrire à la course des garçons de café de Bruxelles, il a des chances de gagner.

 


Nous avons droit à notre premier serpent (vivant, car on en avait vu un mort à Lokutu) du voyage, très vert, mince et rapide.

Sur le parking, nous voyons plusieurs Asiatiques, autant qu’en 4 jours à Kisangani. Il ne s’agit probablement pas de simples touristes mais de businessmen ou ingénieurs chinois (ou coréens ?), vu que plusieurs des chantiers sont réalisés par des Chinois.

Au retour, visite d’un reptilarium sous la direction du propriétaire, un Belge vivant au Congo depuis des décennies. Il nous dit que son dernier touriste est passé il y a … 15 ans. Il reçoit des visites d’étudiants, d’écoliers …mais jamais de simples touristes. Ses connaissances m’épatent ! Nous avons même le plaisir de nous retrouver avec un gros serpent sur le dos, littéralement !

Parc-Reptilarium « Les serpents du Congo au km15 sur la route de Matadi, Avenue de Kananga 14 Quartier Pigeon. Il est difficile de le trouver car aucun panneau n’indique l’endroit. Je conseille vivement.

PHOTO KINSHASA Parc-Reptiliarium – KM15

Retour vers la maison

Allez vers les pages suivantes :

Jour: 1 et 2 / Jour: 3 et 4 / Jour: 5 et 6 /

Jour: 7 et 8 / Jour: 9 et 10 / Jour: 11 et 12 / Jour: 13 et fin