SiteLock
Livre du mois Le Petit futé Kinshasa 14,95 € Communiqué de presseGuide Kinshasa 2017 (petit futé)Neocity
Boek van de maand Zoon in Congo 15% korting + gratis verzending Zoon in Congo Lanoo Uitgeverij
   Webmasters Delcol Martine Eddy Van Zaelen De webmaster Delcol MartineEddy Van Zaelen
  Helpt U mee en stuur je ons uw boeken in ruil voor een publicatie op de site  Sponsor Site
Kasai Rencontre avec le roi des Lele Kasaï , rencontre avec le roi Prix exclusif Grâce a Congo-1960 Sans limite de temps 29.80 € frais de port inclus  -Editeur Husson
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historiquecongo 1957-1966 TémoignageLes chemins du congoTussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en CongoLeodine of the belgian CongoLes éxilés d'IsangiGuide Congo (Le petit futé)Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul DaelmanCongo L'autre histoire, avec mes remerciements a Charles LéonardL'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van BostL'année du Dragon avec mes remerciements a Mr Eddy Hoedt et Mr Peeters Baudoin

Les auteurs africains, grands oubliés du Nobel de littérature

Avec seulement quatre écrivains issus du continent depuis 1901, l'Afrique reste sous-représentée parmi les lauréats du prix Nobel de littérature, dominé par l'Europe et le monde anglo-saxon.
Et pourtant les auteurs de premier rang ne manquent pas, à commencer par le Kenyan Ngugi Wa Thiongo, qui fait partie depuis des années des favoris. lire plus sur le site suivant: source : http://www.telerama.fr

Pour en cité quelques-uns :

  • Alain Mabanckou Né en 1966 au Congo, Alain Mabanckou est l'auteur de plusieurs romans, dont Mémoire de porc-épic (Seuil, 2006) pour lequel il a reçu le prix Renaudot. Il vit à cheval entre les États-Unis, où il enseigne la littérature francophone à UCLA, et la France. Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues.
  • Corneille : le bouleversant livre témoignage de sa tragédie rwandaise Par Odile Morain @Culturebox Mis à jour le 06/10/2016 à 14H48, publié le 06/10/2016 à 11H23

 

Jean Omasombo Tshonda

Lumumba, drame sans fin et deuil inachevé de la colonisation

 

L'image de Patrice Lumumba, fortement associée à la proclamation de l'indépendance du Congo-Za ïre, symbolise la « mémoire congolaise », et devient même sa principale référence. Des tentatives menées par les pouvoirs en place pour les dissocier continuent d'échouer, comme pour exprimer l'embarras causé par son « élimination définitive ». La résistance (image) persistante de la victime met mal à l'aise ses bourreaux, la débâcle permanente du Congo contribue à perpétuer le deuil.

quelques liens externe :

http://www.jstor.org/

video : https://www.youtube.com/ part 1-Lezing door Jean Omasombo in het KMMA Tervuren - 12 december 2010

 
La mission civilisatrice au Congo
Réduire des espaces de vie en prisons et en enfers.

Auteur : Évariste PINI-PINI Nsasay

Ordonné prêtre en 1984, à Bandundu-ville, Evariste PINI-PINI, est né We/Kéba-lwil au Congo en 1955. Il a fait ses études primaires à la mission catholique Mbanza-lute dans le Bagata et ses études secondaires au Séminaire de Kalonda, dans le Masi-nimba. Il a ensuite entrepris ses études de philosophie au Grand Séminaire de Mayidi au Bas-Congo. Quant à ses études de théologie, il les a faites au Grand Séminaire Jean XXIII à Kinshasa, toujours au Congo. Il a suivi ensuite diverses formations en communication audio-visuelle à Kinshasa et à Paris.

Tu le leur diras ...

 

Le récit véridique d'une famille congolaise plongée au coeur de l'histoire de son pays

Auteur : Clementine M. Faik-Nzuji

(Alice Editions, « Histoires », Bruxelles, 2005).

Tu le leur diras « Un lopin de terre, une maison, peut vous dresser les uns contre les autres. L'unique héritage que nous vous léguerons sera dans votre tête et dans votre cœur. Avec ça, vous pouvez aller partout dans le monde et garder votre dignité .Nicolas Kadima-Nzuji

« Clémentine Faïk-Nzuji a écrit pour sa famille et pour nous un livre rare et précieux. Il appartient pourtant à un genre aujourd'hui fort pratiqué : celui des souvenirs familiaux pieusement recueillis afin de remplir envers soi-même et les générations nouvelles un « devoir de mémoire ». Clémentine Nzuji a, à l'occasion de diverses retrouvailles, questionné, en enregistrant leurs propos, tantôt son père (Nicolas Kadima-Nzuji, 1908-1976), tantôt sa mère (Bernadette Mwauke, 1917-1989), à propos de leur histoire et de celle de leurs familles.

À travers leur fille, les deux conteurs s'adressent à leur postérité. « Tu le leur diras », lui avait enjoint Bernadette.