Congo Belge | Provincie - Province | Kivu

Capitale Hoofdstad  | Bukavu (foto kraanvogels)

Le Congo Belge entre les deux guerres mondiale.
Belgisch Congo tussen twee wereldoorlogen in.

Districten Gewesten en belangrijke centra's - Districts Régions et centres importants

Wapenschild Congo : (bron larousse universelle 1948)

info provincie alle bronnen zoals.: Onze Kolonie Dhr. Laude anno 1935, infor Congo, Larousse1948, Quillet 1926 en nog veel meer informatie gelezen in zeer oude tijdschriften.

Leopoldville
Equateur
Orientale
Kivu
Katanga
Kasaï
Ruanda - Urundi

 

 

Kivu

Généralité anno 1948

La population s'élève à 3.664 blancs; la population indigène recensée s'élève à 1.476.290 habitants. La superficie est de 230.210 km² (densité 6,41).

De par son climat, la nature du sol et l'altitude, la province du Kivu est une province très favorable à la colonisation européenne. La grande majorité des colons installés au Congo y réside.

La principale activité des colons est consacrée à la plantation du café du type arabica ; celle des indigènes aux cultures du coton, du riz et aux vivrières. Durant la guerre, les colons ont commencé la culture du pyrèthre, du quinquina, du thé, du derris , des aleurites, des eucalyptus à essence et plantes à parfum (géranium rosat, vétiver).

Mais d'année en année, les découvertes de riches gisements d'or et d'étain accentuent le caractère industriel de la province. Les prospections et les exploitations minières se sont développées intensivement.

Les transports par la Compagnie des Chemins de fer du Congo supérieur aux Grands Lacs et par les divers services automobiles vers le port d'Usumbura s'intensifient.

Le Comité national du Kivu organise la colonisation, le mise on valeur des terres et des mines. du Kivu, sur une superficie de plus d'un million d'hectares.

Le Parc national Albert s'étend au nord-est de la province du Kivu.

Le tourisme se développe dans cette région de lacs, de montagnes et de volcans, remarquable tant au point de vue des populations que de la flore et de la faune.

De bevolking bedraagt ongeveer 1.750 blanken, waarvan  meer dan 1200 Belgen : de inlandse bevolking overschrijdt 1.160.000 Inwoners

Door haar klimaat, de natuur van de bodem en de hoogteligging, is de provincie Kivu (vooheen Costermansstad)  zeer gunstig voor Europese kolonisatie. De grote meerderheid der kolonisten, gevestigd in Congo verblijft er.

De voornaamste activiteit van de planters is gewijd  aande  teelt van Koffie  van het type Arabica; deze van de inboorlingen aan het  telen van katoen  rijst en voedingsplanten.

Maar van jaar tot jaar geven de ontdekkingen van rijke goud- en tinlagen een industrieel karakter aan de provincie. De prospecties en de  mijnontginningen hebben zich zeer ontwikkeld.

Het  vervoer door de « Compagnie des Chemins de Fer du Congo » Superieur aux  « Grands Lacs Africains » en door verschillende automobieldiensten naar de haven vanUsumbura vermeerdert aanhoudend.

Het Nationaal Comité  van Kivu is gelast met het inrichten van de Kolonisatie en de gronden en mijnen van Kivu renderend te maken over een  oppervlakte van 800.000 hectaren.

Het  Nationaal Albertpark strekt zich uit, ten Oosten van de provincie Kivu.

Het toerisme  ontwikkelde zich in deze streek van meren, bergen en Vulkanen, welke merkwaardig is zowel voor de bevolking als voor de planten- en dierensoorten.

De provincie telt 60 katholieke en 17 protestantse centra van evangelisatie.

Cliquez sur l'image

Carte du Kivu Province du congo-belge

Province du Kivu Capitale : Bukavu

Bukavu est créer en 1901

Jusque 1954 elle s'appelait Costermansstad

Districts

Villes Principales

Régions

Nord Kivu

Goma

Beni

Goma

Lubero

Masisi

Rutshuru

Walikale

Sud Kivu

Bukavu

Fizi

Kabare

Kalehe

Mwenga

Shabunda

Uvira

Maniema

Kindu

Kabambare

Kasongo

Kibombo

Kindu

Lubutu

Pangi

Punia

LE KIVU .

Le Ruwenzori.

Il se pourrait qu'au cours de sa randonnée dans l'Est du Congo, le voyageur ne puisse jouir du spectacle qu'offre, dans toute sa splendeur, le massif majestueux des monts Ruwenzori aux sommets couverts, sous l'équateur même, de glaciers et de neiges éternelles.

En saison sèche la brume, et, pendant la saison des pluies les nuages qui, pendant le jour, peuvent rester accrochés aux flancs du massif à une hauteur de 2.500 à 3.000 m, empêchent parfois d'admirer le panorama de cette longue suite de glaciers, unique sous l'équateur.

Aussi, pour avoir plus de chance de la contempler, le touriste avisé fera-t-il bien de prévoir dans son itinéraire, un arrêt de quelques jours dans cette région d'ailleurs très pittoresque sous d'autres rapports. S'il veut, du sommet des premiers contreforts, contempler les glaciers, il serait même souhaitable qu'il en entreprenne 1'ascension particulièrement facile.

Il jouira en plus, au cours de la montée, de points de vue superbes sur la plaine de la Semliki, le lac Edouard et la chaîne de montagnes qui l'encercle à l'Ouest, sur la végétation des différentes altitudes, les lacs des hauts sommets, et autres merveilles du massif. Ascension du Ruwenzori. Itinéraire : piste de caravane Mutwanga-Kalonge, Mohangu, Kiondo, Moraine et retour. Cette piste, comme tout le massif, est incluse dans les limites du Parc National Albert. La durée de l'excursion est de 5 jours ( 3 à la montée, 2 à la descente) jusqu'au fameux « Campi na Tshupa », le « Camp des Bou- teilles », qui fut l'itinéraire choisi par de nombreuses expéditions scien- tifiques. Le « camp des bouteilles » se situe à une altitude de 4.000 m, d'où le voyageur découvre l'admirable panorama des glaciers et du lac noir dont il n'est séparé que par une dépression de 300 m. On peut de là approcher les lacs blanc et gris et le célèbre lac vert que la couleur intense de ses eaux et les formes torturées de sa végétation classent parmi les sites les plus extraordinaires et les plus grandioses du monde.

 

 

Paul-Marie Costermans (né à Bruxelles le 2 avril 1860, décédé le 9 mars 1905 à Banana), inhumé au cimetière de Forest. Il fut un agent belge de l'État indépendant du Congo dont il fut l'un des principaux artisans du développement dans les années 1890. Il fut surnommé localement gondoko, le "léopard", pour sa manie due à son état de nervosité permanente d'arpenter de long en large sa véranda. Son nom fut donné à Costermansville jusque 1954 après on lui a donner un nom africain notamment BUKAVU

Formé à l'École royale militaire, il est nommé sous-lieutenant d'artillerie le 13 décembre 1880. Il entre au service de la Force publique de l'État indépendant du Congo en 1890. Désigné au commandement du district du Stanley-Pool, il fit preuve de dynamisme pour le développement de sa circonscription, et en particulier de son chef-lieu Léopoldville. Naturellement nerveux, il dut cependant à deux reprises, 1891 et 1894, interrompre son mandat pour rentrer en Europe. Il est de retour à Léopoldville le 28 octobre 1895.

Dès lors, il sera l'un des principaux artisans des voies de communication du Haut-Congo. Profitant de l'achèvement progressif du chemin de fer Matadi-Léopoldville, il sera témoin du lancement des premiers navires de 150 tonnes. Il fera baliser le fleuve jusque Kimpoko. Il est nommé Commissaire général le 1er juin 1897. Il rentre en Europe le 27 juillet 1898.

Nommé Inspecteur d'État le 1er mars 1899, il prend la direction des districts du Stanley-Pool et du Kwango, où il développe davantage la région. Il rentre en Europe en 1901. Il repart le 7 janvier 1902 avec pour mission de développer un réseau de fortins à l'est du territoire. La frontière orientale Tanganyika - Ruzizi notamment était contestée par les Allemands à l'occasion de déboire de Francis Dhanis avec ses troupes tetelas. (ci-dessus :source Wikipedia)

Quelques photo de :

De Greef Jean † épouse Christiane Blanjean

Marcel Grégoire

 

SiteLock
share this - partager le site - deel dit document

About Us | Contact | Privacy | Copyright | Agenda  

Ook op het internet gelden de auteursrechten. Werken die auteursrechtelijk beschermd zijn, zoals tekeningen, foto's, muziek, film en software, mag u niet verspreiden via het internet zonder de uitdrukkelijke toestemming van de auteur. Delcol Martine