SiteLock
Livre du mois Le Petit futé Kinshasa 14,95 € Communiqué de presseGuide Kinshasa 2017 (petit futé)Neocity
Boek van de maand Zoon in Congo 15% korting + gratis verzending Zoon in Congo Lanoo Uitgeverij
   Webmasters Delcol Martine Eddy Van Zaelen De webmaster Delcol MartineEddy Van Zaelen
  Helpt U mee en stuur je ons uw boeken in ruil voor een publicatie op de site  Sponsor Site
Kasai Rencontre avec le roi des Lele Kasaï , rencontre avec le roi Prix exclusif Grâce a Congo-1960 Sans limite de temps 29.80 € frais de port inclus  -Editeur Husson
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historiquecongo 1957-1966 TémoignageLes chemins du congoTussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en CongoLeodine of the belgian CongoLes éxilés d'IsangiGuide Congo (Le petit futé)Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul DaelmanCongo L'autre histoire, avec mes remerciements a Charles LéonardL'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van BostL'année du Dragon avec mes remerciements a Mr Eddy Hoedt et Mr Peeters Baudoin

Espace Livres Enfants Jeunesse

Zapinette chez les Belges

Albert RUSSO -

Zapinette est une drôle de petite fille, une sorte d'ouragan de la famille de la Zazie de Raymond Queneau et de la Marie-Marie de Frédéric Dard. Un rêve d'écrivain! Un personnage trublion qui, du haut de ses douze ans, nous décrit le monde dans lequel, sérieux et naphtalinés dans nos conventions, nous évoluons. Zapinette, les conventions, elle les dynamite! Avec toute la justesse de vue des enfants et cette logique qui nous paraît bizarre parce qu'absolue, sans concession. En fait, c’est nous qui I’avons perdu de vue la logique. Malgré notre rationalisme, nos maximes et nos règles de vie (qui s’y conforme réellement, totalement?). Zapinette observe nos entorses, nos grands-écarts, nos contorsions pour tâcher de retomber sur nos pieds, oublier qu’une fois de plus, nous venons de nous trahir. De trahir I’enfant qui est en nous et que nous ne voulons plus connaître. Au nom de notre statut d'adulte. Zapinette possède des armes. Un jugement foudroyant, une intelligence des gens, une capacité d'indignation et de colère qui pulvérise l’adversaire. Et quand l’énergie est trop forte, qu'elle est au bord de l'implosion, elle se toume vers son paratonnerre:Tonton. Ah son Tonton! Comme elle I'aime. Tout en illustrant avec constance le proverbe “Qui aime bien châtie bien”. Car il en voit de toutes les couleurs, le brave homme. C’est qu'il n’est pas habitué aux enfants, il n’en a pas. Et qu'il a beau représenter le monde des adultes, il est depuis toujours dans la marge, dans la lune, hors de tout. Et puis, lui aussi il I'aime, sa Zapinette. On peut même dire que sans en avoir I’air, il lui donnerait quelque chose qui ressemblerait à une éducation. Une éducation solide, faite de liberté, de fantaisie et de culture. Qu'il comblerait le vide de ces papas que maman n’arrive pas à garder. Ou ne veut pas garder. Zapinette le sait bien, même si la “féministe” qu’elle est le houspille souvent. Trop mou, trop ci, pas assez ça.
Albert Russo nous offre un personnage jubilatoire, avec un coeur énorme (à la mesure de ses colères, et elles sont nombreuses). Avec talent, il nous le montre à travers les yeux sans complaisance d'une enfant. Et c’est une réussite. Car le regard est bien celui, recréé, d'une gamine qui ne comprend pas toujours ce qui se passe. Ce n'est pas de son âge, dans le sens où ça ne fait pas partie de ses préoccupations. Et pourtant, se dessinent devant nous des portraits d'une grande finesse, des personnages riches (Tonton encore une fois, Maman si humaine dont la quête d'amour touche - et la description de la condition féminine est si bien écrite, etc ... ).
Et puis il y a le langage. Du grand art. Albert Russo joue des mots en virtuose. Comme pour dénoncer (avec humour) les travers de notre société, Zapinette est un vecteur (je n’ose imaginer ce que Zapinefte me lancerait au visage comme insulte si elle découvrait que je I’ai appelée “vecteur”!) idéal. Elle ose tout. Tord le vocabulaire, invente des mots. Mais jamais de manière gratuite. C’est qu'elle traque leur “substantifique moelle”. Avec une créativité bouillonnante. (recensent Eric Tessier)

... mais plus que drole cela donne envie d'acheter vu les commentaires (Webmaster Tine)!


Contes et Histoires Pygmées

Un florilège de mythes, de contes et de légendes permet de pénétrer dans l'imaginaire des pygmées

Kokélé, le crocodile, et Ngouma, le python, voulaient se marier. Alors, comme tous les jeunes gens de leur âge, ils allèrent se faire tailler les dents. S'ils ne le faisaient pas, aucune fille ne voudrait d'eux.
Après de longues et terribles heures passées à souffrir sans bouger, Ngouma sourit. Quel sourire magnifique ! Ses dents étaient remarquablement régulières et effilées. Tout le monde le félicita. Kokélé, lui, avait passé son temps à gigoter et à gémir de douleur, tant et si bien que la taille n'avait pas été bien faite. Le résultat était un échec. Ses dents étaient pointues mais massives, sans élégance.
Quand les deux amis se rendirent au campement voisin, les filles n'avaient d'yeux que pour Ngouma. Les cinq plus belles acceptèrent aussitôt de se marier avec lui. Il était si séduisant ! Il avait été si courageux ! Quant à Kokélé, le crocodile, aucune n'en voulut. Horriblement vexé, il alla se cacher dans le marécage et plus jamais n'en sortit.

 


le pavillon du Congo - Augustin à l'expo de Bruxelles en 1958,

le pavillon du Congo - Augustin à l'expo de Bruxelles en 1958,Une nouvelle de Luc Roger Cahier de la RAL 'M - n°10 - (revue art et litérature musique )

A quelle époque Augustin Levasseur avait-il commencé à aimer les Noirs, il ne le savait pas lui-même exactement. Aussi loin que ses souvenirs remontaient, ils le ramenaient toujours à ses lectures d'enfance où les Nègres étaient dépeints comme des esclaves qui chantaient des cantiques toute la journée, même sous le coup des fouets, comme d'excellents chrétiens à la bonté extrême qui chérissaient leurs maîtres blancs, partageaient les bonheurs et surtout les peines des familles qu'ils servaient, et leur vouaient une fidélité sans borne au point de ne jamais hésiter à offrir leurs vies pour sauver celles de leurs maîtres, particulièrement si ces maîtres s'avéraient être des enfants, qu'ils appelaient avec un bon sourire débordant d'affection petit maître ou petite maîtresse.

Congo Belge (livre concernant l'etat independant du roi Leopold et de la colonie belge)

En vente pour 65 euro livre - toutes les images en chromolythographies - imprimer en 1948 - 248 pages

Editions L. Cuypers Bruxelles

condition : Pas très bon état mais livres très rare reprenant pour les enfants l'histoire du Congo table des matières

Le livre est dans notre bibliothèque personnelle .. je vend le livre au prix de 65 euro envoi inclus

Pas de tache dans l'intérieur ni déchirure - Image de très bonne qualite voir un apercus du livre sur la page suivante : espace enfants

A la fin du XVIII ième siècle et au début du siècle suivant, plusieurs explorateurs cherchent à pénétrer au cœur de l’Afrique centrale, mais sans y réussir. Le Portugais Lacerda atteint le Katanga en 1799. En 1816, le capitaine anglais Tuckey remonte le cours du Congo sur 210  km. En 1858, deux officiers britanniques, Burton et Speke, atteignent le Tanganyika en 1859, Speke découvre le lac Victoria et, en 186o, Baker parvient au lac Albert..  En 1870, l’Autrichien Schweinfurt visite le Haut-Uele. Dès 1850, le missionnaire Livingstone entreprend une série d'explorations: il découvre les lacs Ngami Nyassa,  les sources et le cours du Zambèze, les lacs Moero  et Bangwelo. En 1870, il traverse le Maniema et parvient à Nyangwe, qu'il ne dépasse guère. En 1871 , le vénitien Miani pénètre dans l'Uele, jusqu'au Sud du Bomokandi ou il meurt en 1872. Le cœur de l'Afrique garde encore son secret.


Frisettes en fête

Chris Raschka – Bell Hooks
Editions : Points de suspensions
Age: à partir de 3 ans
Année d'édition: 2001
Traduit par Corinne Laven

Quand on a les cheveux frisés, ça fait des nœuds, ça tire, ça fait mal ! Et puis, les princesses de contes de fées ont toujours les cheveux longs et raides…mais tristes ! Les petites nanas de Chris Raschka, elles, sont mignonnes à croquer, elles aiment s'amuser et, par-dessus tout elles ont des bouclettes et des idées de fêtes plein la tête. Leurs cheveux, elles en ont fait un jeu et les transforment à volonté. Nattes, tortillons, locks, macarons, cheveux courts, cheveux longs… Les frisettes, c'est vraiment chouette ! Une galerie de portraits plus vivants et attachants les uns que les autres. Un coup de pinceau très personnel mariant couleurs vives et pastel. Des dessins tout en rondeur et douceur, du mouvement suggéré par un trait de crayon sobre mais efficace. Le texte se lit comme une petite chanson accompagnant des illustrations qui ondulent et pétillent au rythme des pages et des cheveux des fillettes dans un univers de joie de vivre et de fête. lire aussi : http://www.lemonde.fr


Rires et Rires

Connaissez vous les 6 BD de Aya de Yopougon ?

+ 1 film abiance cinema

+ le tome 1 - édition spéciale 10 ans

pour le meilleurs prix demander le nous